Tags

Articles Similaires

Partager :

Nicolas Sarkozy : Joyeux Anniversaire

Nicolas Sarkozy : Joyeux Anniversaire


 

EWING DIRECTIVE

Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa,
alias Nicolas Sarkozy (ou Paul Bismuth selon les intimes)

Objet : Joyeux anniversaire

Monsieur Sarkozy,

Bien que la date en soit passée, me permettrez-vous de vous souhaiter un très bon anniversaire. Du haut de vos soixante-deux printemps, n’auriez-vous pas enfin atteint l’âge de faire valoir vos droits à pension de retraite ?

Me revient cette mise en garde par vous proférée peu avant l’élection présidentielle de 2012 :

« Attention ! Si je ne suis pas réélu, vous n’entendrez plus jamais parler de moi. »

Bingo ! ! ! Quel visionnaire !

Heureusement n’ai-je pas retenu tout ce que vous avez pu sortir en cours de mandat présidentiel, mais ce qui suit :

« Je dis ce que je fais, et je fais ce que je dis. »

Ne contredirait-il pas entièrement ce qui précède ?

Et aussi :

« Je veux que tous les soldats que j’envoie au combat reviennent vivants. »

Alors là, j’en suis encore sans voix !
Incommensurable charité chrétienne ? Folle espérance ? Démence sans borne ?
J’en passe et des meilleures.
Aucun chansonnier, le plus talentueux, irrévérencieux soit-il, n’aurait osé lancer une telle énormité pour faire ricaner son public.

Et là que vous venez brillamment d’être mis sur la touche – pour ne pas dire hors-jeu – par votre ex-premier ministre, que diriez-vous de vous reposer et faire une rétrospective de votre carrière ?

Ces dernières années ont été particulièrement mouvementées. Entre nous, heureusement qu’il y a eu votre élection à l’Élysée pour vous apaiser cinq bonnes années. On dirait que vous avez profité de vos « vacances », mais tout le monde les a-t-il appréciées de la même façon ?

Ces luxueuses « vacances » ont été partiellement financées par votre homologue et vieil ami Mouammar Kadhafi : quelques dizaines de millions d’euros versés sur le compte de votre campagne sans que personne ne le sache alors. Vous avez profité de l’argent acquis d’un régime dictatorial asservissant son peuple. C’est un peu comme si on enlevait 40 personnes et que vous récupériez un pourcentage pour voyager. Pourquoi partez-vous ? Avez-vous peur des cours de justice ? Mais à propos de quoi ? Qui a peur d’un aveugle ? Honnêtement. A moins que vous n’ayez rien à vous reprocher. Dans ce cas là c’est normal, on s’embête en cour.

Bon, au moins une chose positive dans l’histoire, c’est que vous avez ouvertement remercié le peuple libyen de son geste envers vous : vous lui avez envoyé quelques bombes afin de détruire quelques bâtiments anciens. C’est bien, ils pourront en reconstruire des neufs… mais avec quel argent ?

Un peu plus d’un an après avoir bénéficié du soutien des victimes d’Afrique de Nord, vous avez fait votre BA. Une action très charitable envers Berber, tapi sous ses problèmes avec le LCL.
403 millions d’euros lui ont été versés et, miraculeusement, envolés les problèmes avec la banque ! Comme l’argent de 60 millions de François (à noter qu’en 2012, vous les avez bien haïs, les François…). Vous avez ainsi demandé à Christine de vous aider et que cette affaire, elle la garde pour elle.

        En 2013, vous avez bien eu chaud dites donc ! Quand on veut partir en vacances, il faut aussi savoir se débrouiller tout seul. Comme vous aviez des envies de grandeur (ou de tranquillité envers la justice), vous avez demandé à mamie. Ça se voit quand on les soudoie, les milliardaires ! Peut-être auriez-vous pu en donner quelques uns à ceux qui ont faim. Cette action de « Robin des Bois » aurait été plus efficace pour convaincre les français de vous réélire. Mais du coup pas besoin de ça, le résultat était là, quelle que fût la manière employée. Les affaires sont les affaires comme on dit ! Dans tous les cas, pas de panique, Madame Justice était là pour vous relaxer. L’arnaque n’est pas punissable quand on est Président. Ah bon.

        Allez. Une petite dernière pour se remémorer les durs évènements de ces récentes années. Il n’est pas bon d’être un des plus grands malfrats de France en étant sur écoute. Même Pablo Escobar aurait décelé ce genre de problème. Je vais finir par croire que votre puissance en France s’arrête là où commence la technologie. Je ne vais pas trop remuer le couteau mais entre corruption active, trafic d’influence et recel de secret professionnel, il y a beaucoup plus de choses que votre avocat Maître Thierry Herzog ait pu contrecarrer. Et, dixit le dicton : « Les problèmes sont déjà partis avec tonton Thierry ».

        Pour ces affaires, remerciez de ma part Me Herzog et autres, à qui vous avez donné suffisamment d’argent pour qu’il vous défende corps et âme. Encore un qui ne réclamera pas ses gages et ses cadeaux…

Vous, c’est l’argent qui fait ce que vous êtes. Vous faites le beau devant les Français, en parlant de leurs problèmes au quotidien. Mais vous savez pertinemment que vous ne serez jamais concerné par ce que vous dites. Allez parler avec les Français, ceux qui ne sont pas payés pour dire ce que vous voulez entendre. Venez chez nous et regardez ce que nous vivons tous les jours. Nous avons des problèmes que vous ne voyez pas. Alors, au lieu de vouloir ramasser l’argent des autres, sur la vie des autres, faites de la politique. Soyez quelqu’un d’aimé, de respecté et cessez de hurler. Ainsi se souviendra-t-on plus longtemps de vous si c’est ce que vous voulez (avec ironie).

 

Un simple citoyen