En France, l’adoption défavorisée au détriment des enfants Fév21

Tags

Articles Similaires

Partager :

En France, l’adoption défavorisée au détriment des enfants

En France, l’adoption défavorisée au détriment des enfants


 

Nationale comme internationale, l’adoption en France recule de jour en jour, d’année en année. Et pour cause, le nombre de demandes d’adoption a chuté au fil des années. Quelles sont les raisons de ce phénomène ? La faute à qui ? Les rouages d’une société en dysfonctionnement total.

 

  • Je veux être parent / Je ne veux pas être parent

En 2013, ont été comptabilisées près de 5 400 adoptions, contre environ 7 000 l’année précédente, et ce chiffre décroît encore. Même si certains voudraient faire porter le chapeau à la population, c’est bel et bien la responsabilité de l’État qui est en cause. En effet, ce dernier a l’air de tout faire pour décourager les futurs parents.

Primo, les temps d’attente sont vraiment très longs. Allant de quatre ans pour les plus chanceux à sept ans pour les autres, couples et célibataires y réfléchissent à trois fois. Même s’il paraît que pour le second enfant les délais sont moins longs, il faut obtenir le premier ! Alors, au début, on comprend qu’il faut une enquête et tout le tralala… Mais ensuite, malgré tous les papiers remplis, il faut confirmer tous les ans. Jusque-là, O.K. Mais bordel, vous avez vu tous les enfants qui sont la …  ? Vous croyez que c’est un environnement normal ? Certes est-il sain. Mais bon pour un enfant ? Tout le monde a le droit de vivre dans une famille. Qu’attendez-vous donc pour raccourcir vos délais ? Pensez un peu à tous ces enfants et adoptez une autre politique. Vous dites que c’est Hollande le flan, mais là c’est toute l’Administration qui dort. Ah oui, j’oubliais que travailler ne rime pas forcément avec fonctionnaire. A part les enseignants malheureusement… Allez, Laurence, on arrête d’écouter chanter le rossignol et on fait bouger les choses ! Le changement n’est-il pas pour maintenant ?

Secundo, vous allez me dire que pour l’adoption internationale c’est à cause des pays comme le Gabon qui ferment leurs portes, ou la Chine qui augmentent leur niveau de vie ? On la connaît, la chanson. Les politiques disent ce qu’ils veulent dans les médias. Parlons concrètement. A cause des pouvoirs publics, la France est devenue raciste. Enfin, devenue. Je veux dire, elle est encore raciste. Le droite qui dénigre sans cesse les pays africains (oui parce que c’est une maladie). Les gens ont peur de la différence.

Tertio, depuis 2008 la France s’est pris une sacrée gifle auprès de la Cour européenne des Droits de l’Homme. Depuis, il ne doit plus y avoir de discriminations faites aux homosexuels pour adopter. Enfin, c’est ce qui est marqué sur le papier. C’est bizarre qu’on ne trouve pas beaucoup de graphique à ce sujet depuis 2008.

 

Il y a encore dix ans, les conditions d’adoption pour les personnes atteintes d’un handicap étaient pesantes. La discrimination était de mise, et bien souvent cela n’aboutissait pas. Seulement, la France n’est pas un pays où les mentalités changent au rythme du vent. Je crains qu’il y ait encore ce genre de discriminations. Mais justement, avoir un parent handicapé nous apprendrait à voir la vie d’une manière plus tolérante et d’être plus ouvert aux autres. Un bon exemple pour la France.

 

En conclusion, c’est bien la France qui limite les adoptions avec ses restrictions débiles. A quand le changement futur ? Les États-Unis sont plus ouverts.

 

  • Du côté des stars

En France nous avons beaucoup de stars. Les États-Unis n’en manquent pas non plus. Et là-bas, nombreuses sont celles qui franchissent le pas de l’adoption. En France, il y en a une,… deux,… Désolé, je n’ai que deux doigts sur la main, je ne peux pas aller plus loin. Même s’il y en a un peu plus, il n’y a pas foule. Deux d’entre elles sont Johnny Hallyday et Josiane Balasko, ou encore Joséphine Baker quelques décennies plus tôt.

 

Alors, c’est bien beau que les stars adoptent. Que ce soit pour leur image ou leur sensibilité. Bref, on retient qu’elles adoptent. Mais ce qu’on retient aussi ce sont les délais d’attente. C’est sûr ! Plus on a d’argent, plus on a de poids ! Croyez-vous qu’il soit normal que Monsieur Hallyday ou Madame Balasko bénéficient de passe-droit quant à leur délai de traitement de dossier ? Ils n’ont pas à attendre 150 ans. Quand ils veulent quelque-chose, ils l’ont, tels des enfants pourris gâtés par leur parents dans les Ministères.



Et là, on vient encore me sonner : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Vous savez ce que j’en pense de l’esprit fraternel en France ? Devinez. Pour la liberté, je ne m’exprimerai pas ici, et pour l’égalité, c’est tout bonnement un massacre. Quand je vois des familles qui pleurent et qui perdent espoir de ne pas pouvoir adopter, quand je vois ceux qui sont « prioritaires », j’ai envie de vomir. Aux yeux du monde, c’est comme si vous preniez un caddie, que vous choisissiez l’enfant et que vous alliez à la caisse. C’est aussi rapide que ça. Sauf que pour une personne lambda, les roues du chariot ont des freins.

 

Alors personnellement, je n’y vois aucun inconvénient que les stars le fassent mais il faudrait qu’elles aussi fassent bouger les choses. Qu’elles ne se disent pas juste : « Trop bien j’ai un enfant. Français, bonne chance ». Non. Vous avez du poids, faites donc bouger les choses. Vous, madame Balasko, nous savons tous que vous vous battez pour l’égalité dans ce monde. Remuez le monde. Les humains sont des moutons qui suivent un meneur et vous le savez. Soyez meneur.