Copé : clowns de père en fils Mar14

Tags

Articles Similaires

Partager :

Copé : clowns de père en fils

Copé : clowns de père en fils


 

Ah, Jean-François Copé ! Cet homme qui gravit les échelons en plusieurs dizaines d’années ! Mais comme le Titanic, il ne fallut que quelques heures pour couler cet homme dans les fins fonds de la politique française. Retour sur quelques moments importants de la vie d’un « animal politique », tel que le disait Aristote.

 

  • L’affaire Bygmalion

Cette affaire voudrait que Copé, alors Président de l’UMP (aujourd’hui Les Républicains), ait favorisé l’agence Bygmalion dans la campagne du candidat Sarko. Que les juges ne le mettent pas en examen, lui qui accumulera au long de sa carrière plus de magouilles que El Chapo en personne, cet homme n’y est pas étranger. Comment le Président d’un parti peut-il ne pas être complice dans ce genre d’affaire ? Parce que pour duper toute une équipe et son Président, il en faut de la niaque !

Bon. Au moins, ce que retiendront les Français, c’est que ce gars s’en tire bien mais, aussi étrange que cela puisse paraître, plus personne n’a confiance en lui. C’est bête, hein. Si près du but. Il avait toutes les cartes en mains ! Mais en politique, il suffit d’une affaire pour s’écrouler. N’est-ce pas, DSK ?

 

  • Le zéro « presque » pointé

Mais il est encore là ! Il persiste encore à prétendre au siège présidentiel. Il se présenta même à la primaire de Les Républicains en 2016. Face à Sarko, Juppé, Fillon, NKM (elle aurait pu choisir un nom plus compréhensible tout de même), Le Maire et Monsieur Poisson, il se défend tant bien que mal. L’ex-Président ne lui fit aucun cadeau en retour de celui de Copé neuf ans plus tôt. Les soutiens ne furent pas foule et cela s’est carrément ressenti dans les résultats.

0,3 %. C’est le score de voix qu’il récolta. C’est là qu’il comprend qu’il est grillé, que personne ne veut de lui. Même Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste) fut crédité de plus de voix en 2012.

 

 

Maintenant, il annonce publiquement son soutien à François Fillon. Vous ne remarquez rien ? Il fait tout pour Sarko en 2007, et soutien Fillon dix ans plus tard. La girouette change au rythme du vent, dirons-nous. Non, ce n’est pas être mauvaise langue que de le dire : il joue le lèche-cul auprès de ceux qui ont une chance de gagner. Même si cette annonce arrive après le Penelopegate et qu’il fait ça en terme de loyauté, tout cela sent un peu le roussi.

 

  • La réalité ne rime pas avec Copé

« Je vous ai compris ! ». Célèbre apostrophe lancée par De Gaulle en ouverture d’un de ses discours. Comprendre les Français n’est pas seulement savoir leur parler. Mais plutôt connaître leur quotidien. Connaître la réelle valeur des choses. Giscard l’avait bien compris en s’invitant chez les Français, en mangeant et discutant avec eux. Il écoute directement la voix du peuple. Maintenant c’est plus les Français qui se penchent à sa bouche pour comprendre ce qu’il dit.

En voulant faire le beau coq à la radio, il affirme que les pains au chocolat ne coûtent que quinze centimes. Ça en dit long sur son intérêt pour les Français. Lui il s’en fout, il ne les achète pas. Encore un élément qui montre qu’il n’est là que pour l’apparat et remporter la présidentielle.

Ça vous étonne ? Élu à la mairie de Meaux depuis 2005, on ne le voit pas beaucoup, M. le Maire !! Certains « administrés » demandent audience depuis plus de dix ans, mais il s’en fiche royalement. Pourquoi recevrait-il les gens normaux ? Les gens qui n’ont pas sa réussite ? Les gens moins bien que lui. Il n’y a que lui, sa personne. Il ne fait que suivre les politiques qui s’élèvent. Mais il doit être lourd à porter, comme le bouche-trou à l’école.

 

Il est clair que J-F Copé est devenu le boulet de la droite. Il ne sert plus à rien. Même à Meaux, une bonne partie des habitants n’attend que les prochaines municipales pour le dégager. Même dans d’autres contrées de France, on entend souvent à propos de lui : « Oh non, pas encore lui… ».


Nathanael Lidia