Macron : l’homme de la situation Mar29

Tags

Articles Similaires

Partager :

Macron : l’homme de la situation

Macron : l’homme de la situation


 

Dans la vie, il est plus sûr d’être jeune, d’avoir un esprit jeune et être compétent que d’être vieux, avoir un esprit d’un autre temps et d’être hyper compétent. Car la jeunesse apporte l’innovation, la créativité. On dirait que les français l’ont bien compris en plaçant Emmanuel Macron en tête des derniers sondages. Analyse.

 

  • Ses compétences

Jeune, plein de vitalité, une gueule « passe-partout » et un brin de folie propre à lui, Emmanuel Macron a toutes ses chances de devenir Président de la République française. Ce n’est pas parce qu’il a quinze années de moins que ses confrères candidats, qu’il est plus bête. Au contraire !

Comme la plupart d’entre eux, il a suivi un parcours scolaire « classique ». Du très élitiste lycée Henri-IV, il est sorti avec un bac S mention Très bien. Pour info, cet établissement est classé 63ème à l’échelle nationale en 2017. Il poursuit dans le même lycée en classes préparatoires hypokhâgne et khâgne, puis obtient un DEA en philosophie à l’Université Paris 10.

Bon. Même s’il échoue au concours d’entrée de l’École Normale Supérieure, il n’est pas le dernier des abrutis puisque son cursus intègre l’ENA.

Concernant les postes qu’il a occupés, ils sont encore moins modestes que les établissements fréquentés.

Comme tout bon énarque, il doit d’abord dix ans de bons et loyaux services obligatoires à l’État. Intégrant l’IGF (Inspection Générale des Finances) en 2004, il termine co-rapporteur de la commission sur des professions de droit en passant par la commission Attali.

N’effectuant que huit ans au service de l’État, il entre dans la prestigieuse banque Rothschild dont il devient associé. Preuve de ses capacités, il est nommé gérant d’un rachat de Nestlé. Cette transaction a été évaluée à environ 9 milliards d’euro. Dans l’histoire, il est devenu millionnaire. C’était en 2012 et il n’avait que 35 ans.

 

 

  • Ses convictions

Tout d’abord, avant de parler de ses convictions, il convient de souligner que Macron serait le deuxième Président de la Vème République issu du milieu bancaire (le premier étant George Pompidou). Les autres n’étaient que (et pour ne pas se renouveler) majoritairement hauts fonctionnaires ou avocats. Vous, Français, n’en avez-vous pas assez qu’un Président se laisse manipuler par les banques car n’y ayant jamais travaillé ? Ils ne savent pas ce que c’est.

Pour les postes qu’il a occupés, cités ci-dessus, il sera plus à même de négocier avec les banques car il s’y connaît véritablement.

Son parti En Marche !, tout juste fondé il y a un an, affiche clairement son désir d’avancer, de délaisser l’idée réactionnaire du conservatisme. Voici quelques idées de son programme :

  • Interdire à un élu d’embaucher un membre de sa famille (ce qui pourrait éviter pas mal de faux emplois) ;
  • Réduire d’un tiers le nombre de députés et de sénateurs (enfin des économies en ne favorisant pas les amis des ministres) ;
  • La publication des noms des entreprises qui ne respectent pas la parité homme/femme (ouf !) et, dans cinq ans, on alignera les salaires des femmes sur celui des hommes) ;
  • Alourdir les sanctions pour les fraudeurs fiscaux (que ceux qui mettent l’économie sur la paille en paient le prix… N’est-ce pas mesdames et messieurs les politiques !)

On dirait que ce programme est fait pour qu’hommes et femmes politiques restent dans les clous de l’égalité. Pour une fois, l’égalité et la fraternité refont surface. Nous espérons tous que ce programme n’est pas politique de « surface », mais bel et bien de « fond ».

En revanche, il manque quelques réformes liées aux banques…

 

 

  • Ses soutiens

En plus d’être compétent, Emmanuel Macron bénéficie de soutiens de poids en politique. Quand on voit ceux du FN, on rigole. En effet le peu de soutiens déclarés sont soit des inconnus, soit des membres de la famille Le Pen ou un négationniste (Bruno Gollnisch) et autres racistes (la carte d’entrée au Front).

Les grandes têtes françaises lui font confiance. Pas besoin pour lui d’avoir le soutien de ses confrères comme le fait publiquement François Fillon.

Parmi eux, nous comptons des PDG (de Free, Vente Privée, Meetic), un haut dirigeant de la BNP-Paribas et autre Pierre Bergé (Fondateur d’Yves Saint-Laurent), des politiques influents de divers partis (Gérard Collomb – PS ; Renaud Dutreil – UMP ; Sylvie Goulard – Modem ; Serge Lepeltier – UDI ; …). Avec une telle diversité derrière lui et en écoutant tout le monde, Macron est bien là pour rassembler la France et les Français. C’est d’ailleurs le but d’un bon Président. Ainsi, aurons-nous une réelle politique de fond et pas seulement de forme?

Il bénéficie également du soutien de personnalités comme Geneviève de Fontenay. Avec sa bonne figure, Macron serait-il le nouveau mister France ?

De plus, le styliste et producteur Mason Ewing lui a fait parvenir sa lettre de soutien en milieu de semaine dernière. Ce qu’il a aimé, c’est sa crédibilité et son programme envers les personnes handicapées.

 

Si le programme est respecté à la lettre, alors, bonne nouvelle, la dictature s’éteindra, les « vieux schnocks » de la politique seront dépassés. Les banques et les politiques marcheront main dans la main pour faire avancer la France et non la couler. Le célèbre « Vive la République, Vive la France » aura enfin une signification.