Un peuple, un empire, une Marine Mai03

Tags

Articles Similaires

Partager :

Un peuple, un empire, une Marine

Un peuple, un empire, une Marine


 

En janvier 1933, Adolf Hitler accède au poste de chancelier allemand. En 2002, c’est son petit-fils idéologique qui échoue à ce stade de la compétition en France. Dans ces deux cas de figure, la haine n’a pas rongé totalement le peuple. Voyez ce qu’à pu faire Hitler sans avoir gagné. Faisons tout pour ne pas placer Le Pen au siège présidentiel. Sinon, la devise française pourrait bien passer de « Liberté, Égalité, Fraternité » (même si elle n’est pas beaucoup respectée) à « Ein Volk, Ein Reich, Eine Marine ».

 

  • Une candidate : ses idées à côté de la réalité

Comme l’a démontré François Hollande dans une de ses allocutions télévisées, Marine n’est qu’une simple amatrice de l’économie. Par exemple elle voudrait taxer les produits importés. Il y aurait donc une hausse directe des produits à la vente, ce qui est logique. Cela affaiblirait encore les familles qui peinent à boucler leurs fins de mois. Mais il y aurait aussi des suppressions d’emplois, la baisse du pouvoir d’achat et plein de choses encore qui feront de la France d’aujourd’hui une France plus pauvre et plus divisée. Nous attirerions encore moins les entreprises étrangères et nous serions encore plus en retrait sur le plan international.

 

Depuis qu’elle représente le Front National, Marine Le Pen tente une stratégie de dédiabolisation de son parti. L’image hitlérienne est toujours omniprésente mais avec une entière hypocrisie ! D’un côté elle dit qu’elle n’a rien contre les étrangers, et de l’autre elle veut les mettre dehors. Mélenchon a compris qu’il fallait penser l’inverse : il souhaite valoriser les étrangers.

Car nous leur devons une fière chandelle, à ces étrangers ! Le Pen semble oublier que ceux qui ont reconstruit la France après la Deuxième guerre mondiale, ce n’étaient pas les Français. Mais bien des Africains. Pendant la guerre, d’autres cas où les étrangers ont aidé les Français ont été oubliés. A nous de nous souvenir que l’autre peut nous apporter beaucoup plus !

Elle est aussi marante, celle-là, quand elle dit qu’elle n’est pas antisémite. Non, bien sûr que non. Sinon elle ne serait jamais allée à un rassemblement de néonazis à Vienne. Elle ne prendrait pas des photos avec des sympathisants d’Hitler. Deux en même temps, en plus. Une fois ça passe. Mais à la longue, on se pose des questions.

 

Portrait de Marine LE Pen en 2017

Parlons de nazisme. Quand on compare les discours de Marine Le Pen et ceux de tonton Adolph on remarque quelques similitudes. Outre le fait que les textes soient hautement racistes (quoique Marine se situe plus dans la suggestion), observons le ton du discours. Quand elle parle, elle ne le fait pas de manière posée. Il faut toujours qu’elle en fasse des tonnes. Mais de manière générale, on dirait qu’elle cherche à imiter le tonton Adolph. C’est étrange cette lubie chez les Le Pen à toujours vouloir imiter le modèle allemand. Je crois qu’il faudrait les enfermer. Eh non, surtout pas ! Ils pourraient bien réécrire le célèbre Mein Kampf… A moins que ce ne soit déjà fait avec le programme du FN.

 

Elle me fait vraiment pitié, la fille Le Pen. Au fond, elle est réellement à plaindre. Elle qui tente de dédiaboliser le FN, les faux pas qu’elle fait sont redoutables. Ils montrent bien qu’elle est pire que son père car elle cache son jeu. Avec le père on savait à quoi s’attendre ; à quel genre de politique cruelle nous aurions fait face. Comme elle cache tout, ses électeurs ne savent sûrement pas qu’elle est si dangereuse.

 

  • Qui se sert de la peur et de la faiblesse des gens

Depuis début 2015, la menace terroriste en France a redoublé. Nous ne savons pas où et quand se produiront les prochains attentats. Jouant donc la surprise, les attaques ont pour effet de créer une peur nationale. Comme ceux qui revendiquent ces dernières sont les chevaliers du djihad, certains s’imaginent que tous les musulmans en France sont sensiblement dangereux. Cela s’appelle la stigmatisation et arrange bien le FN. Stigmatiser un ennemi pour mieux agir. De plus, comme elle affirme qu’il y a « des terroristes qui s’infiltrent à l’intérieur des flux de migrants », ceux qui croient en son programme vont s’imaginer tous les étrangers comme une potentielle menace. Se méfier de quiconque, de tous les Africains dans la rue ne mène qu’au conflit. Voilà comment la blonde à son papa montre quelques pions sur le devant de la scène pour stigmatiser tout un peuple.

En plus de faire passer les migrants pour des allumés, elle veut démontrer qu’ils sont responsables de tous les problèmes socio-économiques dans notre pays. Elle est tellement dérangée du caberlot qu’à chaque fois qu’il y a un incident entre un « bougnoule » et un « gentil policier français », même si le flic est en tort, elle croira en son innocence. Pendant ce temps, un « bougnoule » est sur un lit d’hôpital avec une dizaine de points de sutures. Alors que le flic, non.

 

Mais il n’y a pas que sur le sujet de l’immigration que la candidate pose sa patte démoniaque. Une peur qui règne aussi dans la mentalité des Français vient du fond de leur portefeuille. Et je dis bien du fond de leurs portefeuilles car la crise financière actuelle ne fait que piller le peuple et redistribuer aux pauvres riches. Se mettent alors en place les peurs sur l’épargne, sur le prochain salaire, sur le pouvoir d’achat…

 

Mais dans la faiblesse des gens, je ne veux pas que parler de la peur. Il y a aussi la haine. Oui, la haine est une faiblesse car c’est finalement la peur de l’autre qui invite à la haine. Dans notre cher pays, les haines sont multiples (racisme, homophobie, xénophobie…). Là, nous allons parler de l’homophobie. Un phénomène très étrange qui empêche l’amour entre deux humains. Bon.

Une enquête a révélé que Xavier Jugelé, le policier tué sur les Champs-Élysées le 20 avril dernier, était gay. Cela déclencha une vive réaction à l’intérieur du FN. Pierre-Marie Mayet, fils d’un ex-cadre de ce parti, a tweeté :

« Bonne nouvelle, le flic assassiné hier était en fait une grosse jaquette, militant pour les droits LGBT au sein de la police nationale ! […] Si Marine pouvait gagner les élections par le sacrifice d’un payday par un bgl […] vous sécheriez vite vos larmes ».

Voici un peu de ce que doivent penser beaucoup de personnes au sein de ce parti de la haine.

 

Allez-y, votez FN. Votez le parti de la haine et de la division. Car devant toutes les grandes épreuves que la France aura encore à subir, il faudra que tous les Français soient main dans la main. Qu’on soit noir, blanc, arabe, asiatique, gay, ou handicapé, l’unité est la meilleure arme contre l’ennemi.

 

Nathanael Lidia